un pas haussmannien

Dans la maison vide,

Dans la touffeur du vaste appartement haussmannien, le photographe tourne autour du corps nu, à la recherche des ombres qui s’accrochent aux muscles et aux nerfs. Muré dans le silence, les yeux rivés sur l’angle de la lumière, il parcourt la pièce vide recouverte de stucs pour se rapprocher, puis s’éloigner du modèle concentré sur sa pose. L’homme, nu, comme s’il régressait vers le Nouveau né, malgré le corps sec, dans la force de l'âge.

La chaleur sèche du soleil d’été déverse sur le tapis sa lumière poussiéreuse. Partage de deux solitudes.

« Toute personne entre dans la vie comme un voleur dans une maison qui s’avère vide » disent les bouddhistes…

— (lui)


Piano, tapis, fenêtres lumineuses et un magnifique parquet. Les ingrédients sont là mais ce qui compte se trouve toujours ailleurs.

retour au projet principal